Nos balades en 2012

24 novembre 2012 : dernier samedi du mois, jour de balade pour Les Sorgues Vertes.

Thème du jour : "Le confluent de la Sorgue d'Entraigues et de la Sorgue de Velleron"

 

Samedi 24 novembre 2012, 14H : les prévisions météorologiques, assurément peu favorables, ont découragé plus d’un amateur, mais une demi-douzaine d’irréductibles « OVS », ainsi qu’un couple d’Althénois ont bravé les nuages noirs qui plombaient le ciel pour découvrir, en compagnie des Sorgues Vertes, le confluent de la Sorgue d’Entraigues avec la Sorgue de Velleron.

 

 

En cette fin novembre seuls les saules et les majestueux peupliers blancs s’obstinent à garder quelques feuilles. Dans l’épais tapis de feuilles qui crisse sous leurs pas, les promeneurs retrouvent un plaisir d’enfant à trainer des pieds. Sous les aulnes glutineux et les cornouillers sanguins, les champignons s’épanouissent. La Sorgue affiche un niveau honorable, peu habituel en cette année sèche. N’étant plus dissimulée par sa ripisylve, elle se donne à voir dans toute sa beauté.

 

 

Dans la partie campagne, les champs labourés de frais se préparent à affronter la saison froide. Le blé d’hiver perce. Pour une fois les grasses prairies se laissent traverser sans difficulté. L’absence de feuillage met en évidence la structure de ce pays des Sorgues, maillé par son réseau des canaux. La compétence d’un des promeneurs nous permet à tous de mieux repérer un autre réseau qui traverse notre territoire : celui des pipe-lines de gaz ou d’hydrocarbures.

 

 

Malgré nos craintes la promenade se termine sans que nous soyons mouillés : une fois de plus, les génies des Sorgues ont protégé ceux qui sont venus tenter de mieux les connaître !

 

 

 

 

27 octobre 2012 : dernier samedi du mois, jour de balade pour Les Sorgues Vertes.

Thème du jour : "Autour de Saint Albergaty"

 

Samedi 27 octobre, 13H45 : une activité inhabituelle anime le petit quartier de la gare à Althen. Malgré le co-voiturage, plus de vingt personnes curieuses de connaître l’histoire du Jas, le canal de la Patience, St Albergaty, suppose quelques voitures…

Ceux qui ne sont pas arrivés errent encore dans le village à la recherche de la gare. Denis, remarquable dans le rôle de voiture balai, organise le convoi ramenant les égarés au point de rendez-vous.

Beaucoup ont fait confiance à "Gitanne" qui a lancé sur le réseau OVS l’idée de venir marcher sur Althen. D’autres, adhérents des Sorgues Vertes, ont tenté l’aventure.

Le pari était un peu risqué : quel serait l’état des chemins après les violentes averses de la nuit ? Le temps resterait-il compatible avec une découverte agréable de ce secteur de campagne ?

Pour tout dire, le mistral avait fait office de « mange-fange ». Ce devoir accompli, il  décida de se renforcer jusqu’à rendre la fin de la randonnée quelque peu frisquette et mouvementée… Comme le fit remarquer une randonneuse « dommage qu’il n’y ait pas un endroit qui serve du chocolat chaud ! »

 

 

La balade débuta à 14 heures précises, le long de la ligne de chemin de fer Avignon-Carpentras. Après un petit détour pour admirer un des chênes remarquables de la digue protégeant le quartier de la forêt des débordements éventuels de la Sorgue de Velleron, nous suivons le sentier de pêcheurs réhabilité par Les Sorgues Vertes. Les grands arbres de la ripisylve semblent vouloir encore ignorer l’automne cependant que les arbustes sont couverts de baies : rouges pour les aubépines, noires pour les cornouillers. Les prêles sont plus opulentes que jamais, les arums anticipent la saison prochaine.

Un arrêt au seuil du canal de la Patience et à l’ouvrage abritant la vanne régulant les flux entre le canal et la Sorgue, quelques précautions pour déjouer les chausse-trappes créées par les trajets des ragondins, et nous débouchons sur les vastes champs cultivés du Jas. Sortis de l’abri du couvert, nous retrouvons le mistral qui s’amuse à arracher une casquette pour la plonger dans le fossé, perturbant quelque peu un docte exposé sur le rôle des mayres et des filioles dans l’irrigation gravitaire…

 

 

C’est de plus en plus engoncés dans nos écharpes que nous abordons le quartier de Saint Albergaty (pour les amateurs d'histoire, cliquer ici : http://www.les-sorgues-vertes.com/66+le-hameau-de-saint-albergaty.html), admirant la restauration du « prieuré », l’ancienne cheminée d’usine et bien sûr le pont, objet de toutes les attentions des Sorgues Vertes.

 

 

Le groupe s’amuse de passer en si peu de pas d’Althen à Monteux ou à Entraigues.

Le retour s’effectue le long de la mayre limite puis de la route du cabanon, en admirant les champs soigneusement cultivés, et les vergers de pommiers ponctués d’arbres aux mini fruits rouge vif.

De retour au parking, les participants se disent prêts pour d’autres balades, mais le mistral est devenu tel que l’abri des voitures est indéniablement le bienvenu !

 

 

 

 

26 mai 2012 : dernier samedi du mois, jour de balade pour Les Sorgues

Vertes.

Thème du jour : "Saint Albergaty"

 

Par un temps idéal, un chaud soleil mettant en valeur une herbe dopée et verdie par les pluies des jours précédents, notre groupe d’une dizaine de personnes a d’abord fait étape au Pré aux Chênes, lieu festif et serein que nos collègues d’autres associations nous envient et cherchent à initier dans leur commune. Les chênes si typiques des rives de Sorgues, et uniques en Provence, ont été admiré pendant les explications relatives au réseau des Sorgues, à la ripisylve naturelle, à  l’éradication obligée des platanes.

 

 

Le franchissement de la voie ferrée a permis l’actualisation des connaissances de tous sur la réouverture de la liaison ferroviaire Avignon Carpentras, son intérêt, ainsi que les précautions qu’il convenait de prendre pour la traversée de ce corridor d’intérêt écologique majeur qu’est la Sorgue de Velleron.

Le sentier de pêcheurs réhabilité par « Les Sorgues Vertes » soutenues par « La Nesque Propre », nous a ensuite absorbés, d’autant que les deux naturalistes du groupe faisaient assaut d’érudition pour le plus grand plaisir de tous.

C’est donc avec un léger retard sur l’horaire qu’au débouché du sentier, nous avons abordé les terres drainées au XVIème siècle par les fermiers des Chartreux de Villeneuve-les Avignon, et la partie plus franchement historique de notre balade.

 

 

Les participants étaient venus pour découvrir ce qui se cachait derrière le vocable « Saint Albergaty ». Nous avons essayé de répondre en faisant visiter le hameau, en évoquant son évolution, de la grange du XVIème siècle au quartier résidentiel d’aujourd’hui, en passant par la construction de la chapelle (1650), l’achat des propriétés des Chartreux vendues comme bien nationaux (1795), la construction du canal de la patience, l’édification de l’usine à papier entourée des maisons ouvrières (XIXème siècle), la fermeture (1975).

Nous avons ensuite fait une pose sur le pont, rendant à sa beauté l’hommage qu’elle mérite, évoquant le grand projet des Sorgues Vertes concernant sa réhabilitation… et déplorant que les gougnafiers d’EDF aient récemment trouvé moyen de massacrer la vue et surtout un ouvrage de départ de mayre, en implantant au plus facile un affreux poteau en ciment !

 

 

Le temps d’aller faire un aller-retour jusqu’au vieux Jas, dont les bâtiments sont antérieurs à ceux de Saint Albergaty (dits « le jas neuf » ou « petit jas »), de revenir sur nos pas en admirant au passage de superbes vergers (dont un expérimental !), il nous fallait rejoindre les voitures.

Des boissons nous y attendaient, auxquelles nous avons fait d’autant plus honneur que le soleil qui nous accompagnait depuis le matin s’était renforcé.

 

 

 

28 avril 2012 : dernier samedi du mois, jour de balade pour Les Sorgues Vertes.

Thème du jour : "Une eau si précieuse"

 

 

Ce 28 avril, le temps doux était idéal pour marcher. Les pêcheurs, déjà installés sur « la passerelle rouge » qui enjambe la Sorgue d’Entraigues  au niveau de la route express, accueillaient l’intrusion de notre groupe de 10 personnes avec le sourire. Grâce aux pluies des semaines précédentes, la Sorgue bondissait par-dessus le seuil (« la cascade »). La ripisylve arborait sa plus belle gamme de verts, quelques aubépines avaient encore leurs fleurs, celles des sureaux s’épanouissaient, les cornouillers sanguins se préparaient à fleurir à leur tour.

Dans les vergers en culture biologique, les pommiers étaient déjà sous la protection des filets anti papillons.

 

 

La balade nous a conduits de la corderie de Valobre au moulin de Trévouse, bien triste sans ses platanes qu’il a fallu couper, de peupleraies fleuries d’orchidées au chemin du plan longeant le Centre d’Enfouissement Technique. Nous avons admiré de loin les exploits des motards, qui sur le terrain du motocross d’Entraigues, s’envolaient littéralement au volant de leurs engins. Nous avons effrayé une dame colvert qui s’est empressée de mener ses canetons loin de nous. Nous avons apprécié les alignements de salades et les rangées de rames des « jardins d’écoliers ».

 

 

Au bout du hameau de Malgouvert, nous avons pu franchir à nouveau la Sorgue, pour nous trouver au cœur de l’ancienne cité industrielle de Valobre, transformée aujourd’hui en appartements.

Nos voitures nous attendaient un peu plus loin.



Réagir


CAPTCHA