Emplacement de la halte ferroviaire : le Maire d'Althen ne répond pas !

4 novembre 2012

 

Bien qu'ils soient de fervents partisans de la réouverture de la liaison ferroviaire Avignon-Carpentras, les adhérents de l’association Les Sorgues Vertes sont fermement opposés à une halte sur la commune d’Althen.

 

Ils ont expliqué à de multiples reprises pourquoi il ne devait pas et il ne pouvait pas y avoir de halte à Althen.

 

Les Sorgues Vertes ont demandé à RFF (Réseau Ferré de France) la dimension règlementaire des quais envisagés (220m), mesuré les espaces disponibles au sud de la voie, constaté qu’ils étaient tous inférieurs à la distance nécessaire, et communiquant leurs chiffres au maire de la commune, lui ont demandé par lettre où il comptait édifier cette structure qu’il réclame si fort.(2)

 

Ce courrier, dont l’accusé de réception est revenu aux Sorgues Vertes le 7 septembre 2012, est à ce jour resté sans réponse !

 

Les arguments de l’association ont pourtant été pris en compte : non pas, ainsi que nous l’espérions, par la reconnaissance de linanité d’un tel ouvrage, mais par une évolution des « légitimes réclamations » des élus :

 

L’analyse de ces réclamations « légitimes », exposées dans l’écho Althénois n°123 d’octobre 2012, et reprises en boucle dans tous les médias locaux, (France Bleue, quotidiens régionaux,  affichage public etc…) révèlerait deux plans :

 

  • Plan A (supposé) de la municipalité la halte serait construite au sud : en cohérence avec le discours tenu depuis plusieurs années, les possessions foncières actuelles de la commune, les possibilités d’acquisition, et, probablement, la destruction des équipements de loisirs du Pré aux Chênes.

Dans ce cas, l’existence de l’ancienne gare, aujourd’hui propriété privée, est un obstacle majeur à l’implantation du quai.

 Or,  apparait depuis peu, parmi les demandes de la municipalité, "la juste indemnisation des personnes devant vendre leur bien" (Echo Althénois n° 123).

Questions en suspend : Si RFF, à qui s’adresse cette demande, continue de faire la sourde oreille, la commune d’Althen des Paluds va-t-elle racheter cette propriété ? La reconvertir en gare ? La démolir ? A quel prix « juste » ?

 

  • Plan B (supposé) de la municipalité : construire au nord, là où il y aurait  de la place pour un quai ; Dans ce cas, la population d’Althen susceptible d’utiliser la halte, devrait pouvoir traverser facilement la voie ferrée. Le futur pont ne s’y prête pas, le « tunnel » préconisé par  le syndicat des mayres non plus. Monsieur le Maire, prudemment, limite sa revendication au « refus de voir ériger un pont au dessus de la voie de chemin de fer » (Echo Althénois n°123), mais invente une troisième « voie » : « Alternative en vue : proposée par la municipalité, il s’agit du maintien du passage à niveau actuel » rapporte le Dauphiné Libéré du jeudi 1ernovembre 2012.

Voilà qui dénote une réelle préoccupation pour la sécurité des populations !

 

Ajoutons, pour rire un peu,  que la municipalité d’Althen convoque les futurs habitants de Beaulieu (Monteux), ainsi que ceux des Hautures (Entraigues) pour justifier l’existence de cette halte.

- Les premiers vivront à 1,5 Km de la halte « Althen-Beaulieu », « à vol d’oiseau » : L’expression s’impose, car il en faudra des ailes pour traverser une route express Avignon-Carpentras interdisant tout accès motorisé direct à Althen ! La réalité oblige à constater que, la sortie de Beaulieu étant prévue sur le rond point Rossi, la gare de ses habitants sera celle de Monteux, proche et confortable.

- Quant aux seconds, ils sont d’ores et déjà plus proches de la gare intermodale d’Entraigues que de la halte hypothétique et spartiate d’Althen

 

AUJOURD’HUI, LES SORGUES VERTES DEMANDENT SOLEMNELLEMENT

AU MAIRE D’ALTHEN DES PALUDS DE BIEN VOULOIR

AVANT TOUTE AUTRE CHOSE

ASSURER LA SÉCURITÉ DES HABITANTS DU TERRITOIRE :

  • EN RENONÇANT À L’ÉDIFICATION D’UN QUAI INUTILE, COÛTEUX, QUI SURTOUT CONSTITUERA UN OBSTACLE À L’ÉCOULEMENT DES EAUX, DE NATURE À ACCROÎTRE LES CONSÉQUENCES DES INONDATIONS.
  • EN PRIVILÉGIANT LA REMISE EN ÉTAT DE LA DIGUE, DANGEREUSEMENT DÉGRADÉE, QUI PROTÈGE LA COMMUNE DES CRUES DE LA SORGUE DE VELLERON. 

 

propositions des Sorgues Vertes lors de l’enquête publique :

 

  



Réagir


CAPTCHA