Enquête publique relative à la réouverture de la liaison ferroviaire

 

 

 

À LA COMMISSION D’ENQUÊTE PUBLIQUE

RELATIVE À LA

RÉOUVERTURE DE LA LIAISON FERROVIAIRE AVIGNON-CARPENTRAS

 

  

 

PRÉAMBULE :

Cas particulier d’Althen des Paluds : contrairement aux communes voisines d’Entraigues et de Monteux, Althen ne s’est pas « étalée » jusqu’à sa gare, excentrée et depuis longtemps vendue à des particuliers. Le périmètre raisonnable de son territoire urbanisé permet aujourd’hui à la commune d’avoir préservé sa campagne, d’être territoire ressource de la biodiversité, véritable nouvelle ceinture verte du Grand Avignon.

C’est une richesse et une responsabilité.

Les Althénois sont évidemment concernés par la réouverture de la ligne Avignon-Carpentras, et souhaitent utiliser cette opportunité. Les habitants du Grand Avignon, comme ceux de Carpentras, peuvent espérer avoir accès dans de bonnes conditions, à un espace naturel de qualité.

 

 

 

I ) VOYAGEURS : ACCESSIBILITÉ, ATTRACTIVITÉ.

La liaison ne sera attractive, donc rentable, que si elle est rapide. Il nous paraît important de ne pas multiplier les arrêts mais d’optimiser tous les accès aux gares importantes. Dans cette optique, et compte tenu de ce que nous avons énoncé plus haut, envisager une halte à Althen des Paluds est une erreur, voire une faute (Cf. le document en annexe « La halte d’Althen des Paluds : un projet inutile et coûteux, au milieu de nulle part »)

 

Il est clair qu’une large concertation portant sur des communications intercommunales (transports en commun ou cheminements « doux » en continuité les uns avec les autres), doit avoir lieu entre les communes ouvrant des gares (Entraigues, Monteux), et les communes voisines telles qu’Althen, Loriol ou Sarrians. La Région, qui veut faire du développement harmonieux de la vie autour des gares un projet pilote (par l’intermédiaire du « contrat d’axe »), devrait inciter fortement ces ententes.

 

Dans le cas particulier d’Althen des Paluds : la gare d’Entraigues n’est distante que de 3 km 400 de la mairie d’Althen. (Distance de la mairie à la voie ferrée : 2 km)

Nous demandons en conséquence que des accords soient passés avec Entraigues pour :

-         La construction d’un parking gratuit, susceptible d’accueillir les véhicules à la journée, dont ceux des Althénois.

-         Un espace de parking sécurisé, avec abri et bons points d’accrochage, pour les deux roues.

-         La mise en place de navettes fréquentes avec Althen, qui s’arrêteraient au quartier des Hautures rattaché à la commune d’Entraigues (arrêt de bus existant), en complément des trajets de bus déjà existants.

-         Des bus ou des navettes spécialement équipés afin d’accueillir les personnes à mobilité réduite. Althen des Paluds accueille sur son territoire le centre de vie La Garance, spécialisé dans la prise en charge des patients atteints de sclérose en plaques. Des cheminements sécurisés, utilisables en fauteuil roulant, qui mèneraient du Centre de vie aux proches arrêts de bus, favoriseraient l’autonomie des résidents souhaitant se rendre en ville.

-         Des gares praticables par tous, avec ascenseurs vastes et en nombre suffisant.

-         Des TER facilement accessibles aux personnes handicapées, aux mamans avec bébé et poussette, aux vélos. (avec espace dédié pour ces derniers).

-         Des pistes cyclables systématiquement incluses dans les aménagements routiers prévus et à prévoir.

 

 

II ) SUPPRESSION DU PASSAGE A NIVEAU N° 6

Les habitants des quartiers nord d’Althen des Paluds (Gaffins, routes de la forêt, du Cabanon, de la gare, de St Albergaty) se sont majoritairement prononcés pour le remplacement du passage à niveau par un tunnel, susceptible de contribuer à l’évacuation de l’eau en cas de crues, plutôt que par un pont.

Ces Althénois sont bien placés pour connaître le nombre, le niveau et la durée des inondations qui les impactent, environ une année sur trois.

Tout aménagement contribuant à cloisonner le territoire, à augmenter les effets de rebords et de cuvettes, est à proscrire. La voie ferrée constitue déjà en elle-même une digue, et ce qui n’avait guère d’importance au moment de sa construction, est devenu facteur de risque à présent que l’urbanisation s’est inconsidérément accrue.

 

Réseau Ferré de France s’est prononcé en faveur d’un pont. Pour ce que nous savons, mais il n’y a pas eu de réunion pour en discuter, ses arguments seraient les suivants :

  • Le coût d’un pont serait moindre que celui d’un passage inférieur, compte tenu des dimensions nécessaires à la circulation des engins agricoles, et compte tenu des contraintes techniques (coffrage étanche et pompage pendant les travaux liés à la proximité de la nappe phréatique).

N’étant pas techniciens, nous ne pouvons juger de la pertinence de l’argument. Nous faisons cependant remarquer qu’il conviendrait de rajouter au coût du pont lui-même, les coûts annexes (préservation des mayres, dont la pérennité est vitale pour les habitants, « chemins d’eau » à travers le remblai pour plus de sécurité).

Nous voulons également que soient enfin pris en compte les coûts humains. Chaque fois que nos ingénieurs sous-estiment les conséquences de leurs aménagements, la collectivité en paie le prix. L’erreur de dimensionnement du busage sous la D942 à Entraigues a aggravé, par exemple, les inondations du quartier des Hautures. Nous avons frémi en constatant combien il en avait coûté au Conseil Général de Vaucluse de rouvrir la route express toute neuve pour mieux refaire le passage de l’eau ! Mais qui a évalué pour les malheureux habitants, les dommages pour leurs biens et leur santé ?

Pour les Althénois habitant autour du pont envisagé, à combien évalue-t-on le surcoût des dégâts liés à davantage d’eau dans leurs maisons, plus longtemps ?

  • En cas d’inondation, il ne servirait à rien de pomper, on ne saurait pas où rejeter l’eau, les ruisseaux déjà pleins ne pouvant rien accepter de plus. Ce problème évident, n’a pas empêché la construction des stations de pompages (des Campsecs à Entraigues, St Sauveur à Althen).

Si l’eau peut s’infiltrer dans les terres, elle mettra quelques jours à baisser, mais elle baissera. Les mayres, conçues pour cela depuis des siècles, retrouveront rapidement leur fonction d’exutoires. Le pompage redeviendra efficace. Au final, le passage inférieur ne sera impraticable que quelques jours et une déviation au Nord est possible par une route parallèle existante vers Entraigues).

  • Une fois les ouvrages construits, ils seront rétrocédés aux communes concernées, qui devront les gérer et les entretenir. Althen en serait incapable.

Nous tenons à rappeler que fonctionne à Althen une Commission extra-communale des mayres. Cette dizaine de personnes possède sur le bout des doigts le sens de l’eau et du territoire, et devrait pouvoir gérer, avec l’aide des techniciens municipaux, de nouvelles pompes. Par le passé, consultés chaque fois qu’une intervention sur les Sorgues ou leurs canaux était nécessaire, mobilisés au moindre signe de crue, les membres du Syndicat ont su, à la martelière ou à la vanne près, ce qu’il convenait de faire. Cette connaissance-là est fiable et mérite d’être reconnue. 

 

Quel que soit le type d’ouvrage choisi, il sera primordial que les routes qui en permettront l’accès (depuis la route de la forêt et jusqu’à la route du Cabanon) restent rigoureusement au niveau du sol actuel

 

III ) SÉCURITÉ DE LA POPULATION EN PHASE D’EXPLOITATION

 

En certains points, une protection des populations riveraines est nécessaire : murs antibruit pour les proches habitants. En d’autres endroits, c’est une protection des populations de passage qui l’est : grillages interdisant la traversée de la voie aux plus inattentifs.

Des clôtures doivent être mises en place, adaptées aux besoins différents de personnes différentes.

Le document soumis à enquête publique identifie des clôtures nord et des clôtures sud, ce qui ne nous paraît pas une différence de nature : Nous voulons savoir quel type de clôture sera mis en place, et où !

 

Sur la commune d’Althen des Paluds, le lieu dit « Le Pré aux Chênes », est pour les habitants un cadre recherché pour les fêtes familiales : Cet endroit magnifique accueille mariages, cousinades et autres réunions propices aux jeux des enfants et aux libations des adultes.  Il est équipé (cuisine, toilettes, barbecue) …et bordé par la voie ferrée. Il apparait donc primordial de protéger la population en prolongeant les clôtures qui fermeront le PN6 voisin jusqu’au Pré aux Chênes et tout au long de ce territoire.

 

 

IV ) ZONES TRAVERSÉES ET CONTINUITÉS ÉCOLOGIQUES.

A sa construction, la voie ferrée passait en pleine campagne. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Pour l’instant, les aspects ville et développement harmonieux des quartiers-gare sont l’objet d’attention particulière. Il n’en reste pas moins que cette voie traverse 6 à 7 km de campagne, dont certaines parties classées au titre de Natura 2000, que ce territoire ne doit pas être le grand oublié du projet, et que la vie doit y être préservée.

 

Cas particulier d’Althen des Paluds : seulement 1 Km 200 de traversée, mais un corridor écologique d’intérêt majeur (la Sorgue de Velleron), et deux autres importants (mayre limite et canal des Gaffins)

 

La réouverture après tant d’années impose une double exigence  écologique :

 

-                      Limiter les dégâts pendant les travaux : il semble sur ce point, qu’à la suite de l’inventaire d’Eco-Med, et des recommandations s’y référant, RFF montre une réelle volonté de respect de la biodiversité sur l’emprise de la voie, pendant la durée des travaux. Nous demandons une vraie surveillance écologique, afin de s’assurer que les recommandations sont prises en compte et font l’objet d’une mise en œuvre concrète. Ceci vaut pour la ripisylve, les prairies, les mayres et tous les occupants des écosystèmes traversés.

 

-                      Préserver la biodiversité après que la circulation des trains soit passée d’un train de marchandise circulant à petite vitesse à 38 convois lancés à 120 Km/H !

 

-                       Au prétexte que la voie reprend une ligne existante, aucune mesure n’est prise pour respecter la nécessaire mobilité des espèces, pendant la phase d’exploitation.

 

Qui dit « bio », dit « vie » et il n’y a pas de vie sans mobilité.

 

En conséquence :

 

  • Nous demandons que les nouveaux ponts des Gaffins PK 6 + 660, et de la mayre PK 6 + 087 soient suffisamment larges pour permettre le passage de la faune.

 

  • Nous rappelons que le concept de « biodiversité » n’est pas réservé aux espèces d’intérêt communautaire, mais qu’il recouvre toute la vie, dans toute sa diversité. En ce qui concerne la faune, nombre de renards, blaireaux, hérissons, chevreuils, sangliers, faisans, perdrix, méritent eux aussi de voir leurs espaces maintenus ouverts :

 

Nous exigeons DONC qu’un passage soit construit sous la voie, À proximitÉ du pont sur la Sorgue de Velleron, considÉrÉe par l’Étude d’impact comme « corridor de transit majeur ».

 

Ce passage doit être de dimensions suffisantes pour que de grands animaux puissent l’emprunter, et pour que les diverses espèces de chiroptères ne répugnent pas à l’utiliser. Le modèle peut être celui du schéma « aménagement d’un passage inférieur » (Cf. annexe 1), avec plantation d’un linéaire végétal en forme d’entonnoir sur le bord et le haut de l’entrée du tunnel afin d’inciter les chauves-souris à emprunter le passage.

Idéalement, de tels tunnels devraient être aménagés pour chaque voie d’eau : du fait du risque d’inondation, et parce que tous les animaux ne sont pas ailés, nous privilégions les passages souterrains qui relient les territoires. Il conviendra de les doubler de « passerelles d’arbres » (espèces locales de gros arbres et végétation dense plantées de part et d’autre de la voie pour obliger les oiseaux et les chiroptères à prendre de la hauteur).

 

 

CONCLUSION

 

La réouverture de la liaison ferroviaire est le premier projet d’envergure après l’approbation du SCoT du bassin de vie d’Avignon.

Il peut être une grande chance pour les communes traversées. Plus de mobilité pour tous, plus d’autonomie, plus de vie. Ce projet mérite que, tous ensembles, nous le rendions meilleur. Nous espérons que nos propositions y contribueront.

 



Les réactions

Avatar Gilbert SOULET

Bonjour,
J'adhère à vos arguments;
Reste à convaincre le Maire de la Commune M. Lucien STANZIONE.

Très cordialement,
Gilbert SOULET de Pertuis, Porte du Luberon

Le 23-06-2012 à 19:04:09

Réagir


CAPTCHA