Le Bienheureux Nicolo Albergati

 

Niccolò ALBERGATI

 

 

 

Niccolò ALBERGATI, cardinal de Santa Cruce, Portrait par Van Eyck, 1438

Né à Bologne en 1375, mort à Sienne en 1443, enterré à la Chartreuse de Florence.

Prieur de la Chartreuse de Bologne en 1406,

Evêque de Bologne en 1417,

Cardinal à Rome (Eglise Ste Croix de Jérusalem) en 1426.

 

En 1431, il négocie la paix entre les rois de France et d’Angleterre et le duc de Bourgogne et couronne son œuvre  en 1435 par la conclusion de la paix d’Arras.

 

Président du Concile de Ferrare en 1438, il échoue à réunir les églises grecque et latine.

Béatifié en 1743 /44

 

 

 

 

« Saint Albergaty » à Althen des Paluds :

Une énigme vauclusienne

 

Pourquoi une des fermes du Jas, celle qui correspondait au plus récent, dit le "Jas neuf", aujourd'hui sur le territoire de la commune d'Althen des Paluds, s'est-elle appelée "Saint Albergaty" ?

La plus ancienne mention connue de l’appellation « St Albergaty » daterait d’environ 1762. Elle serait inscrite sur un petit carnet de quittances d’un fermier, que le document associe au nombre de 1026¹. Ce chiffre correspond-il à une référence des archives départementales du Vaucluse ou du Gard ? Cela reste à découvrir.

Précisons qu'il n'existe pas de "saint" Albergaty. Le cardinal Albergati, Chartreux vivant de la fin du XIVème au début du XVème siècle est "bienheureux".

A notre connaissance, il n'est jamais passé par ce qui n'était qu'une ferme propriété des Chartreux de Villeneuve sur le territoire de la ville de Monteux (Le hameau fait aujourd'hui partie d'Althen).

Reste cette hypothèse, émise par Christine de Chirée :

"Les bâtiments du Jas neuf comprenaient une chapelle. Dans cette chapelle, bénie en 1650, le retable de l’autel était placé sous l’invocation de la Vierge, de St Bruno et de St Nicolas. Il ne peut s’agir de Nicolas Albergaty, les pères Chartreux n’auraient jamais béatifié ou sanctifié le cardinal Albergati avant tout procès de béatification ou de sanctification, donc avant 1744. Cette appellation ne peut-être que postérieure à la béatification.

On peut supposer que, la propriété du Petit Jas possédant une chapelle, dédiée entre autres saints à St Nicolas, elle devint par la grâce de la ferveur populaire « St Nicolas Albergati ». Le béatifié aurait été ainsi canonisé en toute simplicité et le Jas neuf appelé « St Albergaty ». Rappelons que les Chartreux ne vivaient pas au Jas dont ils confiaient l’exploitation  un fermier²."

 

 

 

¹ Notes sur le domaine de Saint Albergaty, conservées par Charles Navarre

² Les noms des fermiers sont conservés aux archives du Gard

 



Réagir


CAPTCHA