Primum non nocere

 

« Avant tout, ne pas nuire »

 

De remarquables documents, mis gratuitement à la disposition de chacun dans les mairies du territoire, montre que ceux qui défendent cette recommandation d’Hippocrate, sont nombreux.

Pour qui ne pourrait se déplacer,  voici des extraits du document consacré aux risques. (SCoT du Bassin de Vie d’Avignon, Objectif SCoT, lettre d’information, septembre 2007, RISQUES)

 

« Comme l’ont montré les récents évènements de 2002 et 2003, le territoire du SCoT est particulièrement sensible aux inondations. Le climat méditerranéen se caractérise par des contrastes très importants de températures, de vent et de pluviométrie. Sur le territoire, à l’exception du Rhône, les bassins versants sont soumis à des crues rapides présentant un risque pour la sécurité des personnes. (…) Ils doivent faire l’objet d’études plus approfondies afin d’être pris en compte avant toute modification du territoire. L’expérience des villes méditerranéennes a démontré, et continue de le faire, qu’il est vain de construire en ignorant les risques. Une approche durable de l’urbanisme doit donc les intégrer en amont. Cette anticipation contribuera à ne pas augmenter le nombre de personnes exposées et à réduire les dommages et les coûts d’indemnisation supportés par la collectivité. » 

En conséquence de quoi, le SCoT recommande « une organisation de l’espace qui assure le libre écoulement des eaux en toute sécurité »

 

 Depuis 2007, où en sommes-nous ?

Une nouvelle inondation a affecté la commune d’Althen des Paluds en 2008 (Cf. nos dossiers photos, arrêtés de catastrophe naturelle, conséquences de l’urbanisation).

 

Pour autant, les habitants n’ont pas eu l’impression d’être entendus lors de l’enquête publique relative à la réouverture de la liaison ferroviaire Avignon Carpentras, lorsqu’ils tentaient de mettre en garde RFF contre les effets « digue » de la voie, augmentés de ceux du futur pont remplaçant le passage à niveau n°6.

 

Serons-nous davantage entendus à propos du danger inhérent à la future halte ?

A de nombreuses reprises, Les Sorgues Vertes ont tenté de monter son inutilité. L’association est aujourd’hui amenée à alerter quant à sa dangerosité :

L’ancienne voie ferrée sera rehaussée par les travaux de réouverture de 0,30 mètres.

La loi sur le handicap oblige à construire des quais qui permettent un accès « de plain pied » aux trains. Le quai est donc surélevé de 0,55 m par rapport à la voie.

Elle se situe actuellement à 1,40 m du niveau du sol, ce chiffre augmentant au fur et à mesure que l’on s’approche de la Sorgue de Velleron. (Pour mémoire, le seul endroit possible de création de la halte d’Althen se situe à l’extrême est de la commune (Cf. article Pré aux Chênes, halte ferroviaire, hasard ou nécessité), donc au plus haut de la voie).

Nos élus envisagent donc de construire un « mur » de 2,25 mètres de haut, sur 220 mètres de long (dimension des quais sur le parcours Avignon-Carpentras) !

 

Est-ce ainsi qu’ils vont assurer « le libre écoulement des eaux en toute sécurité » ?

 

 



Réagir


CAPTCHA